BANGWE Newsletter no 26 bis: Journée sur les 20 ans d'action de BANGWE et DIALOGUE comme si vous êtiez

 La Genève internationale comptait beaucoup d'activités ce jour là. Déjà c'est à cette date que l'on célèbre la déclaration universelle des Droits de l'Homme. A notre grande satisfaction, cela n a pas empêché de mener à bon port le programme relatif à l'action de BANGWE et DIALOGUE durant les 20 dernières années et à enregistrer une vingtaine de participants. Dès l'entrée dans la salle,  une bonne ambiance rrégnait, les arrivants pouvant visiter une exposition de photos, des dépliants, de documents et autre matériel, comme si tout rivalisait pour raconter l'histoire de BANGWE.


 Nous avons débuté la séance par les présentations des participants, précédée par l'allocution de bienvenue prononcée par la présidente Madame Samoya Colette. Des messages ont été portés à la connaissance de l'assistance Ces mots de souhaits étaient envoyés notamment par l'ancienne présidente  du Comité de soutien, Madame Patrizia Molo, par la présidente du Comité sur le Statut de la Femme de Genève, un autre adressé directement par le représentant de RADDHO/CECIDE, Monsieur Biro Diawara, Quant au Bureau du Directeur Général des Nations Unies à Genève, il avait envoyé une lettre d'encouragement par le biais de Madame Lydia Gregoreva, responsable des relations avec les ONG. Le Comité de BANGWE Burundi et le Comité BANGWE pour la Paix et le Développement de Bukavu (COBAPAD) ont quant à eux soumis des messages de félicitations accompagnés d'un rapport de situation dans leur environnement de terrain.

 PRESENTATION DES DEUX EXPOSES A L'ORDRE DU JOUR

Comme indiqué au programme de la journée la première présentation portait sur les réalisations de l'organisation BANGWE, et l'autre sur les questions de harcèlement et des violences d'ici et d'ailleurs.



Dans la présentation de l'action de BANGWE et DIALOGUE depuis sa création, la présidente devait rappeler la signification du nom BANGWE et la raison de ce choix. A part la traduction littérale, le sens est à rechercher dans les valeurs et principes de résolution pacifique des conflits notamment au Burundi.Pour les réalisations, l'oratrice devait se limiter aux moments forts et aux projets spécifiques.
Trois niveaux d'action sont à noter: Le premier concerne  le travail de participer et de contribuer à ce qui se fait dans l'environnement de l'ONU en particulier au sein du Conseil des Droits Humains. L'autre niveau concerne les initiatives visant les trois pays prioritaires, Burundi, RDC, Rwanda. C'est le cas des symposiums axés sur les objectifs de Dialogue, de formations en communication non violente ou en médiation. Le projet des bourses BANGWE en faveur des jeunes précarisés par les guerres sont à classer également à ce niveau. Enfin le niveau local où dans chaque pays des activités et mini projets sont développés sous le pilotage du Comité national ou de réseau appelé "antenne".
De riches échanges ont suivi l'exposé. Il a été recommandé la poursuite des actions inspirées par la sauvegarde des valeurs ancestrales relatives à la résolution pacifique des conflits.

L'exposé sur le harcèlement et les violences faites aux femmes ici et ailleurs a été faite par Madame Dominique Kuner, psychologue expert et chercheuse, secondée par Madame Isabelle Thieffry, sa collègue. Les participants ont pris connaissance de tous les enjeux des problématiques et de l'échelle de leur gravité sur fond de données chiffrées. Là encore, des échanges nourris ont suivi l'exposé. Les participants ont recommandé une synergie de stratégies car il était remarqué des réalités semblables et des mêmes causes observées "ici et ailleurs"


La journée s'est terminé à 13h30 autour d'un verre d''amitié dans une très bonne ambiance

La Coordination



Aucun commentaire:

Publier un commentaire